Les-Sentiers-du-Yack aide à la scolarisation des enfants népalais

Devenir parrain

Je contribue à la scolarisation d’un enfant Népalais en parrainant sa scolarité pour l’année 2021-2022 ou je renouvele mon parrainage pour un montant de :

204 € (soit 17€ par mois) pour les enfants scolarisés à Tulasi (214 € avec l’adhésion ou renouvellement de votre adhésion)
240 € (soit 20€ par mois) pour les enfants scolarisés hors Tulasi (Bardibas) (250 € avec l’adhésion ou renouvellement de votre adhésion)

Je recevrai en fin d’année le reçu fiscal correspondant à mes versements (parrainage et adhésion)

J’adresse le chèque correspondant à l’ordre de l’association  » Les Sentiers du Yack  »
13 rue Auguste de Paleville 81540 SOREZE

Si vous êtes déjà parrain ou marraine d’un enfant merci de préciser le nom celui-ci ou de celle-ci

Si vous souhaitez devenir parrain ou marraine, vous pouvez indiquer le nom de l’enfant figurant dans la rubrique « Enfants à parrainer » que vous souhaiteriez parrainer.

L’association peut également, si vous le désirez, vous attribuer un enfant qui en attente de parrainage. 

Je règle par Carte Bleue : sur le site HelloAsso – Les Sentiers du Yack

43429708_2167020020210438_4217448599505600512_n

POURQUOI NOUS SOUTENIR ?

Dans cette région du monde, et plus particulièrement au Népal, donner aux enfants l'accès à une éducation même fondamentale est un véritable combat.

Les écoles publiques sont peu nombreuses, sont peu subventionnées et très mal équipées.
Les écoles privées offrent aux enfants une bonne éducation et la chance d'avoir un avenir meilleur. Mais les frais de scolarisation peuvent atteindre 25 500 à 35 000 roupies par an (entre 180 et 240  euros), somme trop élevée pour ces familles qui ont un revenu moyen de 50 euros par mois. Elles préfèrent scolariser un seul enfant, bien souvent un garçon….créant ainsi un fossé entre l'alphabétisation des garçons et celle des filles.

Aujourd’hui grâce à 600 membres et plus de 180 parrainages, l’association aide à la scolarisation de plus de 400 enfants dans les deux écoles du village de Tulasi dans le Terraï, près de la frontière indienne et dans des écoles de plus grandes villes (Bardibas, Katmandou) afin qu’ils puissent poursuivre leur scolarité.